Le lien, bulletin communautaire

 

Le LIEN, bulletin de la communauté Boimondau

 

En 1943, la Communauté de Travail Marcel Barbu est dispersée. Les Compagnons, les jeunes et les femmes qui ne risquent pas de partir en Allemagne pour le Service de Travail Obligatoire - STO, sont restés à l’entreprise à Valence ou dans les lieux de fabrication clandestins, d’autres sont répartis chez divers amis dans la Drôme, d’autres ont rejoint l’entreprise de Marcel Barbu à Besançon, et une partie est restée à la ferme de Mourras à Combovin (au pied du Vercors).

C’est pour l’une de ces raisons que « Le Lien » a été créé : il fallait entretenir et resserrer les liens entres les lieux et compagnons dispersés.

Le numéro un est daté d’avril 1943 et comporte quatre pages. Les articles concernent les travaux de la ferme et ne parlent pas de production de Boîtiers de Montres, la mise en avant des travaux de la ferme a été nécessaire car en ville, les compagnons du Vercors étaient considérés comme des « planqués ».

C’est à partir du numéro spécial de Août à septembre 1944 (N° 11-12-13 groupés) qu’il devient  « Le Lien de la Communauté Marcel Barbu ».

Valence est libérée le 31 août 1944 et il est fait ouvertement référence à la Communauté et à Marcel Barbu.

Il est distribué très largement à l’extérieur de la Communauté pour servir de propagande.

En 1946, le N° 41 de décembre, deviendra « Le Lien de la Communauté de Travail Boimondau ».

En 1948, Marcel Mermoz, craignant que la réalisation Communautaire soit mal comprise, décide de supprimer toute distribution extérieure.

Le N° 121, de 1957, est le dernier numéro de la Communauté, quelques mois plus tard, la Règle Communautaire est suspendu et rien dans ce dernier numéro ne laisser le prévoir.

Dans le bulletin Le Lien vous trouverez l’histoire de la communauté, de l’entreprise, mais aussi une part de l’histoire locale et au-delà. Dans chaque numéro un chapitre traite du rayonnement de la communauté en France, en Europe,  aux Amériques.

Les bulletins des communautés

Dans chaque Communauté de Travail, il existe un bulletin communautaire qui est remis à toutes les Communautés de l’Entente Communautaire :

            Le Paillon à la Communauté du Bélier à Besançon

            La Cité, à la Cité Donguy-Hermann à Valence

            Le Carillon, à la Cité Horlogère à Valence

            Bâtir, Communauté CETRECO à Melun

            Le Scellement, L’Habitat, Communauté Lyonnaise du Bâtiment

            Le Chalumeau, de la Communauté COTRAM

            Le Court-circuit à la Communauté SOMODEL

Pour aller plus loin ensemble

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

Ileana Boggio Merlo
  • 1. Ileana Boggio Merlo | 17/10/2020
Bonjour. Tout d'abord, merci pour votre aimable et rapide réponse. La solution proposée est très bonne. Je me suis référé à l'éditorial parce que mon mari dans son article en parlait particulièrement mais aussi pour réduire le nombre de copies à faire. Le reste importe également donc la numérisation en ligne est parfaite. Pour répondre à la question sur les relations avec Boimandeau, je dois expliquer qui était mon mari et ce qu'il avait à faire avec les communautés de travail. Ludovico Actis Perinetti est né en 1930 et diplômé en philosophie. Il a laissé des écrits sur la philosophie des relations, la philosophie politique, des critiques et des analyses d'œuvres d'autres philosophes, ainsi que de nombreux articles dans des revues. Certaines de ses œuvres se trouvent dans les bibliothèques françaises. Après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé pour le mouvement «Comunità» d'Adriano Olivetti qui avait un magazine officiel intitulé «Comunità». À ce sujet, en plus de rédiger des articles, il a tenu une chronique intitulée «Segnalazione dalle riviste» (Reportages de magazines) dans laquelle il rédigeait de courtes critiques sur de nombreuses publications qu'il jugeait importantes de rapporter pour une lecture ultérieure. L'un de ces cas concerne "Le Lien". Le mouvement «Comunità» a suivi de près les activités des communautés de travail françaises et donc aussi Boimandau. Un article à ce sujet avait déjà été écrit en 1950 dans le magazine «Comunità» n ° 6, janvier-février 1950, intitulé «La communauté de Boimandau». Plus tard mon mari a été chargé de suivre les activités des communautés de travail et les relations avec l'Entente Communautaire dont il a participé à une assemblée en 1954, sur lequel il a écrit deux articles dans le magazine «Comunità»: n. 25, juin 1954 et n. 26 août 1954. Il a continué ensuite de suivre l'évolution des communautés de travail françaises avec de nombreux articles faisant référence à la revue "Communautè" entretenant aussi des contacts avec le "Bureau d'études coopératives et communautaires". Après 1956, mon mari a changé d’activité et ne s'est plus occupé des communautés de travail.
Très cordialement.
Ileana Boggio Merlo.
monpuzzle
  • monpuzzle | 18/10/2020
Bonjour et merci de toutes ces précisions sur l’action de Ludovico Actis Perinetti. Vous trouverez la copie du Lien N° 113, de septembre-octobre 1954 => http://www.midy.info/medias/files/l1954-09-10-lien-n113.pdf Bonne lecture. Je reste à votre service pour toutes autres demandes concernant les communautés de travail à Valence, toujours dans le but de faire partager cette expérience au plus grand nombre. Cordialement Michel Chaudy
Ileana Boggio Merlo
  • 2. Ileana Boggio Merlo | 15/10/2020
Je suis la veuve de Ludovico Actis Perinetti, philosophe, écrivain, essayiste. Suite à la réorganisation et à l'achèvement de la documentation de l’archive de mon mari je recherche le n ° 113 (1954) du périodique "Le Lien" de la Communauté de travail Boimondau (Valence), dont mon mari avait rédigé une revue dans le magazine italien "Comunità" de décembre 1954. La Bibliothèque Nationale de France détient une collection partielle de la revue sans le n° 113. Dans les autres bibliothèques françaises on ne trouve que très peu de numéros du bulletin. J'écris donc pour vous demander si vous pouvez trouver le numéro 113 et si, dans ce cas, il serait possible d'avoir une copie de l'éditorial de P. Donguy.
Mes remerciements pour votre coopération
Mes salutations distinguée
Ileana Boggio Merlo
monpuzzle
  • monpuzzle | 15/10/2020
Bonjour, J’ai le numéro 113, de septembre/octobre 1954, 42 pages. Comme pour les autres numéros, je le scannerai et je le mettrai à la disposition de tous les lecteurs. Vous pourrez imprimer ce qui vous intéresse. Est-ce que cette solution vous convient ? Est-il possible de nous en dire plus : Qui était Ludovico Actis Perinetti ? Quelles relations avec Boimondau ? Pourquoi l’édito de Pierre DONGUY seulement, il n’y a rien qui fasse référence à votre mari ? Est-il possible de connaitre l’article de votre mari dans « Comunità » ? À bientôt pour votre avis. Restant à votre service, Très cordialement Michel Chaudy

Ajouter un commentaire