Colloque Louis Moutier

Colloque Louis Moutier    

Louis MOUTIER

Félibre drômois, poète du Rhône

Colloque de Montélimar du 18/19 octobre 1997, au château des Adhémar

Daufinat-Provènça, Terra d’Oc

Éditions d’Estudis Occitans – Drôme

Février 1999

ISNB 2-9513518-0-1

Actes réunis par Jean-Claude Bouvier, professeur à l’Université de Provence.

Louis Moutier a joué un rôle déterminant dans le mouvement de renaissance de la langue d’Oc en Dauphiné dans la deuxième moitié du 19e siècle.

C’est une vision singulière du Rhône qui est exprimée, en termes lyriques et épiques à la fois dans son poème Lou Rose, à une époque où la vie du fleuve et même son cours viennent de subir de profondes mutations.

Les textes que nous présentons aujourd’hui devraient, à l’image même du colloque pour lequel ils ont été produits, satisfaire plusieurs catégories de lecteurs : chercheurs en langues et littérature occitanes ou en études romanes : militants occitanistes soucieux de faire vivre la langue et la culture occitanes d’aujourd’hui, sans les couper de leur histoire ; hommes et femmes tout simplement curieux de connaitre et valoriser leur patrimoine linguistique et culturel.

La rencontre de Louis Moutier, c’est d’abord ce rassemblement. Cette convergence qui devrait avoir valeur d’exemple.

Elle vous révèle en un mot la vie et l’œuvre d’un homme qui a écrit, milité pour atteindre l’universalité d’une langue à partir des usages linguistiques et culturels.

Extrait de Lou Rose (Le Rhône), 1896

Hommage au Rhône

Quaucaren dins moun èsse m’afourtis que siou tiou,

O Rose fluve mestre. De lonjo me sentiou

L’enveyo de t’ubri moun amo de félibre,

Coumo soulhó faguè lou grand Viergile au Tibre,

Lou bagnaire de Roumo, tant immortalisa.

Saveis vount siou neissu ; ai creissu ras ta douvo,

E ma vió prou de tems, embe la tió s’atrouvo,

Coumo l’eireto au bàrri, bellament adeisa.

Toun noum soulet o Rose, fachino que noun sai.

Agrayant a l’òurelho, vouvouno e vous entrai

Oumo un noum patriau. Remembrant lou viei caire,

Nóus radus dins l’esprit, lou brès e nastro maire,

Lóus jueis dòu tems d’escolo, la gleiso e soun autar

Vount fuguèrim clerjou. Toun noum recouardo encaro

La tumbo dóus ayóus, e lou cairou vount aro,

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !