École des Josserands

  

École des Josserands

En projet dès 1842

Le 14 mai 1842, le Conseil municipal d'Étoile décidait d'ouvrir une école au mas des Josserands et d’y établir un instituteur. Ce n'est toutefois qu’en 1850, après demande de justifications sur les "agglomérations, habitations isolées et voies de communication de la commune" que le Ministre de l’Instruction publique et des cultes" autorise l'établissement d'une école publique au hameau des Josserands.

L’école est installée dans un bâtiment dont la commune est locataire, bâtiment dont nous savons peu de choses, mis à part qu'il ne devait pas être très reluisant. En effet, l'inspecteur des écoles a visité le local au printemps 1861 "aussitôt après une inondation de la Véore qui avait envahi la maison et laissé une humidité considérable", l'inspecteur préconise la pose de "planchards" autour de la classe afin que les élèves ne soient plus en contact avec l'humidité. Le logement de l'instituteur est qualifié de "tellement insalubre que l'eau suinte des murs de l'unique pièce qui lui sert de chambre à coucher et où il fait la cuisine".

La commune d'Étoile est invitée à prendre "les mesures nécessaires pour assurer les besoins de service de l’instruction primaire".

C’est en 1864 que la commune va engager les démarches afin d'acquérir une maison que possède l’hospice civil d'Étoile. Une enquête est ouverte et le commissaire enquêteur indique en novembre 1865 que le local choisi réunit toutes les conditions et de plus une contenance de 57 ares de très bons terrains qui pourra servir à faire des expériences soit pour les divers semis, soit pour la taille des arbres.

Il conclut ainsi : "en un mot, faire des hommes aptes à l’agriculture et faire disparaître enfin les vieilles habitudes routinières qui sont le fléau du pays. "

En 1866 la vente est signée pour 2 700 F en l’étude de Maître Avignon. Notaire d'Étoile. (À noter qu'à la même date une bibliothèque coûte 701 F.) Des travaux vont être réalisés en 1867 dans la maison nouvellement acquise afin d'aménager une salle de classe de 26 m² sur une hauteur de 4 m, ce qui est jugé suffisant puisque l'école accueille alors moins de 50 élèves.

L’instituteur sera désormais très convenablement logé, puisqu'il disposera de 5 pièces et d'un jardin.

En 1882, lorsque les lois Jules FERRY  décrètent l'école laïque gratuite et obligatoire, l'école des Josserands a déjà 40 ans et 20 élèves scolarisés.

Délibération du Conseil municipal d’Étoile du 14 mai 1842

Le Conseil municipal de la commune d'Etoile réuni en session ordinaire sous la présidence de M. GUINARD, premier adjoint, présents Messieurs ROYANÉ, De LUBAC, MOURIER, MORIER, SÉRUSCLAT, SOULAT, PERRIER, Pierre ROUX, Pierre-Michel ROUX, MELLERET, SAYN, FREYSSIN et MARTIN, conseillers municipaux.

Un membre a observé qu’il serait à propos qu'un instituteur fut établi au mas des Josserands qui est un point central de la plaine d'Étoile, que cette partie de la commune se trouve de par trop éloignée du chef-lieu pour que les enfants puissent se rendre journellement à l'école communale surtout en hiver, qu'il résulte donc de là que les enfants qui sont admis gratuitement ne peuvent la fréquenter que par intervalles, qu’en conséquence il propose de chercher les moyens de fournir une indemnité à l'instituteur qui serait établi aux Josserands si comme il le pense le conseil le juge nécessaire.

Cette proposition ayant été mise en délibération discutée :

Le conseil :

Considérant que l’établissement d’un instituteur au mas des Josserands ne peut amener que des bienfaits pour la partie basse de la commune qui se trouve effectivement trop éloignée du chef-lieu pour profiter des avantages qu’offre l'instruction primaire.

Considérant qu'un instituteur qui s’établira aux Josserands pourrait n'avoir pas un bien grand nombre d'élèves, qu’il pourrait arriver comme il est vraisemblable que les rétributions mensuelles ne l’indemnisassent pas suffisamment et que dès lors il doit recevoir une indemnité de la commune soit pour l'aider à vivre d'une manière honorable soit en raison des élèves indigents qu’il sera tenu de recevoir gratuitement.

Par ces motifs, le Conseil a été d'avis :

1) qu'il fut établi pour l’année 1845 un instituteur au mas des Josserands et qu’il lui fut allouée par la commune la somme de cent cinquante francs.

2) qu’il serait fait place à cette dépense d'abord avec les cent douze francs quatre-vingt-onze centimes restant libres sur les fonds de l'instruction primaire et ensuite pour le complément sur le reliquat du budget de 1845 proposé aujourd'l1ui par le Conseil municipal.

Fait et délibéré à Étoile par les membres du Conseil municipal soussignés.

Délibération du Conseil municipal d’Étoile du 16 novembre 1842

Le Conseil municipal de la commune d`Étoile, réuni en session ordinaire dans le lieu ordinaire de ses séances sous la présidence de M. GUINARD premier adjoint faisant fonction de Maire; présents

Messieurs MELLERET, GASPARD, FÉLIX, MARTIN, de LUBAC, Pierre ROUX, Pierre Michel ROUX, FREYSSIN, ROYANÉ, PERRIER, SALET, TERRASSE et MOURIER, conseillers municipaux.

Le Conseil,

Vu la déclaration du 14 mai 1842 et l’approbation de cette délibération par monsieur le préfet de la

Drôme,

Vu la demande formée par le sieur Charles Antoine DEMOUGE qui demande d'être nommé instituteur aux Josserands, hameau de cette commune,

Vu le brevet de capacité pour l’enseignement primaire à lui délivré par Monsieur le Recteur de l'Académie de Nîmes  le 27 septembre 1852.

Vu un certificat de moralité délivré au dit sieur DEMOUGE le 12 du courant par Monsieur le Maire de  la commune de Livron sur l'attestation de trois conseillers municipaux,

Considérant que toutes ces pièces sont régulières, que d'ailleurs la moralité et la probité du sieur

DEMOUGE sont bien connues,

Vu l'avis émis ce jourd'hui par le Comité local d’instruction primaire,

Le conseil est d'avis que la demande du sieur DEMOUGE doit être accueillie et qu'étant installé instituteur aux Josserands, il devra profiter de l'indemnité de cent cinquante francs votée par délibération sus énoncée.

Ainsi délibéré et ont les membres présents signé au registre séance tenante.

Pour aller plus loin ensemble

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire