L’église Notre-Dame d’Étoile

Église classée au titre des Monuments historiques en 1908. Site inscrit en 1972

Eglise d'Etoile-sur-RhôneEn 1985 est née l’association « des Amis de l’Église d’Étoile » qui, en 2018, existe encore. Les statuts ont été officiellement déposés en mars 1986.

Objet de l’association est de :

Permettre à un plus grand nombre de découvrir et d’aimer l’Église Notre-Dame d’Étoile

Favoriser toute initiative ou manifestation autour de l’Église Notre-Dame d’Étoile permettant de faire de ce monument un lieu d’animation et de vie pour les femmes et les hommes d’aujourd’hui

Participer à la restauration et à l’aménagement de ce monument dans le respect de son caractère roman

Un fascicule édité à cette occasion présent l’église, son histoire, sa description et quelques notes de passionnés.

Reprenons l’accueil rédigé par Michel PLANAS, président fondateur du Syndicat d’Initiative d’Étoile :

« L’opuscule que nous présentons aux habitants d’Étoile et à ses visiteurs est la première approche d’un édifice difficile à décrire et à interpréter.

Les hypothèses exposées dans ce petit ouvrage sont des voies à étayer ou à infirmer, sachant pertinemment que les recherches encore à effectuer sont à perte de vue, tant que les documents authentiques sont rares, difficiles à recueillir  et à consulter et qu’il est absolument improbable que l’on trouve un jour un descriptif des opérations de construction qui auraient présidé à l’édification de Notre-Dame d’Étoile ».

Quelques extraits de ce document :

Notre-Dame d’Étoile dans l'histoire

Description de l'église d'Etoile

Essai d'interprétation

Qui a construit l’église d’Étoile ?

Un article de Marie-Laure Crosnier-Lecomte paru dans la revue drômoise de Décembre 1979 et de Mars 1980 (numéros 414 et 415), à voir particulièrement les pages 13 et 14, 17 à 19 de la revue de mars 1980

Ressemblance entre Notre Dame d’Étoile et l’Abbatiale N.D. de Chalais e n Chartreuse.

L’analyse méthodique rigoureuse d’une architecture permet de découvrir souvent des informations d’une étonnante précision.

Madame Marie-Laure CROSNIER-LECOMTE a préparé de 1976 à 1978 une maîtrise d’art et d’archéologie à l’université de Paris IV sur l’abbatiale de NOTRE DAME DE CHALAIS, Commune de Voreppe, canton de Voiron, dans l’Isère, à 940m d’altitude, au pied de la a falaise des Baumettes, rebord Sud-Ouest du Massif de la Chartreuse.

Actuellement, occupée depuis 1961 par les Moniales de Lyon d’obédience dominicaine, l’église abbatiale de Chalais a été remise en état depuis l971 et inscrite à l’inventaire supplémentaire  des monuments historiques depuis le 29 Novembre 1974.

C’est une église inspirée du modèle cistercien, en version simplifiée des abbayes cisterciennes de plan « BERNARDIN » (Clairvaux II et FONTENAY (Yonne) 1139-1147).

Au cours de ses recherches, elle a découvert de grandes similitudes entre le monument qu’elle étudiait et d’autres églises du sud-est de la France, dans l’Isère, dans la Drôme et surtout avec l’église Notre Dame d’Étoile.

Les éléments de construction et d’ornement conduisent à retrouver un style rencontré en Provence (église du Thor, Vaucluse) (clef de Voûte), St Jean du Moustier Arles (Bouche du Rhône), et dans la Drôme :   ST Barnard (chapiteaux) à Romans.

Cathédrales de Valence et de Die

Église de la Motte de Galaure, de Chantemerle-les-Blés

Églises St Jean, St James, St Martin a Valence, de St Marcel-lès-Sauzet, de Grâne, de Chabrillan, de Beaumont-lès-Valence et d’Upie.

La comparaison entre Chalais et Étoile permet de relever les éléments suivants :

1-Le cordon de billettes qui entoure la clef de la croisée de voute de Notre Dame d’Étoile (ronde, ornée d’une main bénissante) est utilisée dans le groupe d’églises romanes de la région Lyon, Vienne, ainsi qu’un masque du musée de Valence qui viendrait de St Martin de Valence (trouvé en réemploi dans un mur de clôture entre l’Hôtel Rostaing et l’Évêché de Valence et aurait appartenu au cloître capitulaire qui s’élevait au Nord de la cathédrale et qui aurait été détruit pendant les guerres de religion)

2-Les archivoltes lobées du portail Nord se retrouvent à la Cathédrale de Valence, aux églises de la Motte de Galaure et de Chantemerle-les Blés (façade Ouest) ainsi qu’au portail Ouest de St James de Valence.

3-D’après les datations obtenues à Chalais, on pourrait situer l’intervention d’une équipe de tailleurs de pierres ayant œuvré entre 1202 et 1230 dans le Sud-Est.

4-Les monstres qui ornent les piédroits du portail Nord sont de mêmes factures que ceux de Die, d’Alixan, de St Jean de Valence.

5-Le bélier (dont le museau est cassé) sur la console du collatéral Nord est analogue au bélier du réfectoire de Valcroissant et du Lion du Musée de Die,

6) L’ensemble des ressemblances entre l’Abbatiale Notre-Dame de Chalais et Notre-Dame d’Étoile est très important :

Arc lobé  (portail Nord)

Imposte ornés de têtes crachant des rinceaux végétaux

Console en avant train de Bélier (Protomé)

Clé de voute cerclée de Billettes

Transept et Cœur, comportant une série de supports de pilastres et de demi-colonnes

Fleuron d’abaque des chapiteaux

Deux rangs superposés de feuilles plates recourbées en pointe

Bagues liant la crosse des chapiteaux

Fleuron retombant des crosses

Corbeilles gaufrées ou cannelées

Feuilles sinuées (Chêne)

Abaques cornés

Colonnes engagées

Ogives toriques et à pénétration

Piles flanquées de colonnes engagées

Ce serait donc l’atelier de Geronus, magister, comptant au moins un sculpteur inspiré par les sculptures de ST Gilles et D’Arles qui aurait travaillé avec la Communauté cisterciennes à orner l’Église d’Étoile lors de l’effort considérable de construction dans la région valentinoise sur l’axe rhodanien entre la fin du XIIe et durant le XIIIe siècle.

Il est probable que la même équipe de constructeurs ait œuvré à l’édification et à l’ornementation de l’église de MORETTE petite bourgade au Nord-Ouest de TULLINS dans l’Isère.

Guy BARRUOL

Charte communale d’Étoile

« Sachent tous ceux qui verront ces lettres, que l’an du Seigneur 1244, et le neuvième jour avant les calendes de mars (27 février), nous Aimar, fils du comte de valentinois, sans avoir été circonvenu ni séduit par aucune fraude ou tromperie, mais de notre volonté franche et spontanée, donnons, approuvons et concédons, purement, simplement et irrévocablement par acte entre vils, pour nous et nos héritiers ou successeurs indéfiniment, à tous les habitants du lieu fortifié d’Étoile et de son mandement qui sont directement soumis à notre juridiction ou qui en dépendront à l’avenir, quel que soit ou doivent être leur sexe, habitent dans le lieu d’Étoile ou son mandement, ou qui y habiteront à l’avenir, à leurs héritiers ou successeurs habitant au dit lieu et son mandement, liberté et franchise la plus entière de toute exaction, impôt, taille ou corvée que nous et nos héritiers ou successeurs pouvons ou pourrions percevoir et exiger des dits habitants et de leurs héritiers ou successeurs, justement ou injustement, en vertu d’un usage ou d’un abus, d’une coutume ou d’un droit. De même nous donnons, accordons et concédons, pour nous et nos héritiers ou successeurs, á tous les habitants du lieu d’Étoile et de son mandement, tant à ceux qui dépendent actuellement de notre juridiction immédiate ou en relèveront plus, qu’à ceux-qui sont ou seront vassaux ou sujets des chevaliers, des clercs ou des damoiseaux, et du monastère de St-Marcellin, ou de quelque autre ordre religieux ou d’autres personnages, pourvu qu’ils habitent ou soient devant habiter à l’avenir dans le lieu d’Étoile ou son mandement, ou à leurs héritiers et successeurs, liberté et immunité pleine et entière de toute redevance, réquisition ou exaction de foin et de paille, lequel ou laquelle nous et nos héritiers ou successeurs pouvons et pourrions percevoir ou requérir en vertu d’un droit ou d’une coutume ; promettant que nous ne percevons ni ne réclamons jamais, ni par nous-même, ni par nos hommes d’armes, damoiseaux ou autres personnes, la paille et le foin des dits habitants, exonérant et affranchissant entièrement nos vassaux de toute perception ou exaction d’impôt, de taille et de la réquisition du foin ou de la paille ; et ceux qui dépendent d’une autre juridiction, seulement de la réquisition du foin et de le paille ; promettant pour nous et nos héritiers ou successeurs à vous, Pierre Bontos, bailli d’Étoile, stipulant et recevant au nom de la communauté des habitants d’Étoile et de son mandement, spécialement constitué à cet effet, que nous n’établirons ni n’exigerons á l’avenir aucun nouvel impôt, taille, réquisition, foin ou paille, et que nous n’en réclamerons jamais en aucun temps, promettant de maintenir et d’observer inviolablement les dites donations, concessions et franchises, et de ne jamais y contrevenir ; renonçant pour toutes ces choses spécialement et expressément au bénéfice de l’âge mineur, de la restitution dans son entier, et d’une nouvelle constitution, et à ,toute exception de tromperie ou d’erreur dans le fait, et spécialement encore e la disposition de la loi d’après laquelle une donation faite sans insinuation demeure sans effet lorsqu’elle dépasse 500 sols, de telle sorte qu’elle ait autant de valeur que si elle avait été insinuée, et à la loi qui frappe de nullité une renonciation générale, et à tout droit canonique ou civil dont nous pourrions nous couvrir, en quelque temps que ce soit. De plus, nous. Adhémar, fils du comte de Valentinois, nous jurons et promettons, la main sur les saints Évangiles, de garder toujours toutes les franchises ci-dessus, dans leur ensemble et dans leurs détails, de les considérer comme perpétuelles et irrévocables, et de ne jamais y contrevenir sous prétexte ou à l’occasion d’aucune coutume, usage, droit canon ou civil, promulgué ou à promulguer ; mais d’observer inviolablement toutes les clauses convenues ci-dessus et chacune d’entre elles. Fait à Étoile, sur la place du Mauvais-Conseil, l’an, mois et jour que dessus, en présence des témoins spécialement convoqués å cet effet : Girberne, prieur de St-Marcellin, Giraud Bastet, Amaury de Rochefort, Hugues de Pierregourde, Raimond de Tournon, chevaliers ; Guillaume Bertrand. Bérenger de la Balaste, Jarenton de Rieussec, Bonnefoi de Saillans, Pierre de Bais et plusieurs autres. De plus, nous, Adhémar, fils du comte de Valentinois, avons voulu que le présent acte lut dressé, pour en perpétuer le souvenir et en assurer la stabilité.

Pour aller plus loin ensemble

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire